Jean-Pierre GRAND

       Professeur de Danse Diplômé

                                          F.F.D

Spécialisé dans les Cours Particuliers de Danse à Domicile !

Laissez-vous porter par la magie de la Danse !

Mes premiers pas dans l’univers de la musique, c’est à l’âge de dix ans que je les ai faits. Encouragé par mon père, c’est en 1967 que je commençai la batterie. Les débuts furent difficiles, mais avec beaucoup de persévérance et sous la tutelle de monsieur Georges Nicoloff, les résultats étaient là et je fis de rapides progrès !

À partir de 1970, mon frère Georges, qui avait le même professeur que moi mais était plutôt destiné à l’accordéon, l'orgue et la guitare basse, décida de monter son premier orchestre à 4 musiciens : je suis alors devenu le batteur de ce groupe. Ensuite, les soirées dans le monde musical et artistique se succédèrent. Mariages, bals populaires… Nous jouions surtout de la Musette, Valse, Tango, Cha-cha-cha, Paso-doble, Fox et aussi du Rock de l’époque.

Mais voilà, j’étais aussi très attiré par le milieu de la danse, et surtout le Rock n’roll ! Je décidai donc de me lancer dans ce monde inconnu. J’allais de soirée en soirée et me mis à regarder les couples danser le Rock n’roll. Jusqu’au jour où l’envie m’a pris et je me suis lancé sur une piste de danse, et c’est dans cette ambiance que les progrès se sont fait sentir. Je suis devenu un Danseur de Rock sans jamais avoir mis les pieds dans une école de danse. Comme on dit, je me suis fait sur les pistes.


C’est en 1977 que j’arrivai sur Lyon, capitale de la danse — et là, je découvris le fameux BC Blues. Un caveau, situé place Carnot, où je fis la rencontre du Rock N’roll Jazz, des musiques de la New Orléans qui me prenaient au ventre… Je pensais savoir danser, mais voyant tous ces danseurs (d’un âge avancé pour moi à l’époque !), je me dis au fond de moi : « C’est comme ça que je veux danser » !

Dans la continuité, je fis la connaissance de Laurent Di Pierno, très bon professeur de danse qui me mit « le pied à l’étrier » dans le domaine de la compétition au niveau national.

Ensuite, les titres se succédèrent : Plusieurs fois Finaliste aux championnats de France de Rock, 1er prix au Trophée P.A.C.A et vice-champion d'Europe de Swing.

Je décidai de me lancer en fondant mon association, et c’est en 1996 que je créai le JFC Danse. Là a commencé pour moi un vrai combat, car il fallait que je me fasse connaître et surtout reconnaître ! Ce ne fut pas facile, car j’ai appris durant ces années que le monde de la danse était un monde « cruel » et qu’il fallait travailler pour se faire une place.

Mon premier objectif était de former moi-même des couples que j’allais présenter en compétition, et surtout que je devais mettre sur les podiums. De travail en travail, j’ai présenté plusieurs couples durant toutes ces premières années et les résultats ont étaient au delà de mes espérances.

Dans cette même année, je fis la connaissance de Bachir Arar — grand nom dans le milieu et champion du monde de Boogie-woogie — qui m’a tout appris sur cette danse et qui m’a énormément apporté, aussi bien dans ce domaine que de manière plus personnelle dans ma vie. Grâce à lui, je découvris tout d’abord le Boogie-woogie, qui allie la sensualité et l’agressivité, la fluidité et la rigueur. Cette danse me rapprocha de ma première passion, la musique, car elle se dansait en épousant réellement celle-ci,  l’interprétation musicale, la phrase musicale. Ce fut vraiment pour moi une découverte qui m’apporta énormément pour mon enseignement.

Outre la danse, Bachir me fit découvrir d’autres horizons tels que la télévision, car grâce à lui, je fis plusieurs émissions sur France 2 et j’eus la chance de pouvoir côtoyer plusieurs personnalités du show-biz (telles que Marie-Ange NARDY, Robert HOSSEIN, Fiona GELIN, LARUSSO, Pierre ARDITI, Michelle TORR, Denise FABRE, Charlélie COUTURE, Tom NOVEMBRE, Jean-Luc REICHMANN, Mimie MATHY, INDRA, Zouk Machine, Michael JONES, Gilbert MONTAGNE, …). Continuant sur sa lancée, il me propulsa dans ce milieu, me faisant connaître en me faisant animer des stages de danse aussi bien en France qu’à l’étranger : Besançon, Belfort, Biarritz, Bordeaux, Dôle, Epinal, Grenoble, Montélimar, Nancy, Nantes, Paris, St Rémy de Provence, Strasbourg... puis en Suisse, Italie, Grèce, Chypre…

Il me fit également connaître Eric SOURDEAU, un très grand nom aussi dans le domaine de la danse car plusieurs fois Champion de France des dix danses (5 latines et 5 standards), mais aussi Vice-champion d’Europe professionnel et Finaliste aux Championnats du Monde. Eric m’a aussi apporté son savoir sur les danses Latines et Standard, comme la tenue du corps, l’aisance, la grâce…

C’est en 2000 que je changeai le nom de mon association, et le JFC DANSE devint EuRo’K-Danse, suite au passage à l’euro ! Puis, cette passion de la danse prenant de plus en plus de place en moi, c’est la même année que je fis mes premiers pas dans le West Coast Swing avec un couple de Paris, Jean-Jacques et Chantal, qui me firent découvrir toute la sensualité que nous pouvions mettre dans la danse. C’est seulement en 2002 que je fis la connaissance de Mélanie Stocker de Zurich, une très grande technicienne et perfectionniste, qui pour moi est et restera une femme exceptionnelle car grâce à elle, mon savoir dans le domaine de la danse en général n’a cessé d’évoluer. Elle me fit prendre conscience qu’il faut sans cesse se remettre en question pour pouvoir évoluer dans ce domaine, et que rien n’est jamais acquis.

Puis, après une longue absence dans le domaine de la compétition, c’est seulement en 2007 que je revins dans ce milieu, et continuai encore et toujours à faire des heureux en classant respectivement, mais cette fois-ci aussi bien en Rock qu’en Boogie-woogie ou en West-Coast-Swing :

Tout en m’occupant de mon association pendant ces années, j’ai passé en parallèle mes examens de juge en Rock n’roll, Boogie-woogie et West Coast Swing, que je réussis avec brio.

J’avais enfin gagné ce pari que je m’étais lancé depuis mon plus jeune âge, celui de réussir dans ce milieu de la danse qui était pour moi ma plus grande passion. Arriver à me faire connaître et reconnaître.

Depuis, je continue à faire passer cette passion de la danse ainsi que de la musique, dans bien des styles différents et J’espère pouvoir partager cette passion encore longtemps.

* Je tiens tout particulièrement à remercier Mademoiselle Guillemette Allard-Bares de l'aide qu'elle m'a apportée pour l’élaboration de cet éditorial.